On peut télécharger cette animation ici

CONTEXTE : Les dérèglements climatiques liés aux activités humaines sont maintenant connus de tous, les rapports successifs du GIEC sont formels et des engagements internationaux visant à réduire nos émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) ont été pris notamment par la France et les 144 États signataires des Accords de Paris lors de la COP 21 : il faut réduire si nous voulons que la planète reste stable. Il faut agir dans une obligation de résultats ! et non pas (comme jusque là) dans une obligation de moyens porteuse de statu quo.

Nécessité de plafonnement à réduire d'année en année.

Nécessité de justice sociale. Il faut que les plus modestes n'aient pas à subir de contraintessupplémentaires.

Nécessité de pédagogie et transparence : une agence carbone robuste...

Notre propos est ici de militer pour un référendum où tous les français pourront montrer leur volonté de stabiliser notre environnement et responsabiliser la vie politique, d'abord de la France puis de l'Europe et du monde.

Pour cela il est fait appel au volontariat.

Ce qui est décrit ici en est un exemple : il permettrait d'automatiser la réduction des gaz à effet de serre : l'allocation annuelle devrait être dégressive pour satisfaire l'impératif clairement démontré de réduire de 40% les émissions françaises d'ici 2030, puis viser la neutralité carbone en 2050. Il est solidement établi que la moyenne française des émissions 2019 est 11 tonnes de CO2 équivalent avec des différences expliquées à la page Ressources ci-après, plutôt 6t pour les ménages modestes, plutôt 15t pour les Catégories socio-professionnelles supérieures CSP+.

Le calcul de la moyenne à 11t, est simple : la France émet 500 millions de t équivalent CO2 et importe des marchandises et services qui sont responsables de 250 millions t. Le total de 750 divisé par 67 millions de français nous donne 11t.
Il faudrait réduire de une demi tonne par an pour atteindre 6 tonnes en 2030. Les entreprises, institutions, administrations, associations, ne sont pas comptées car elles doivent rester neutres en carbone (tout ce qu'elles utilisent en tonnes de CO2 équ. doit être compensé par ce que les français leur rendent, sur leurs comptes individuels de carbone).

1)